19 avril 2007

L'Économie de la France diffamée par la BBC

Outre-Manche, on a l'habitude de sousestimer structurellement la France. L'EuroBlog 'A Fistful of Euros' (AFOE) le signale encore une fois. C'est un Blog en anglais, fort sérieux, très indépendant et pas du tout gauchiste.
Voici:

Economic nonsense about France

(Non-sense économique au sujet de la France)

Encore une fois. Voici ce que la BBC propose dans son article-web (background article) mis-à-jour-pour-les-élections-imminentes en France:

Mais l'économie française s'est développée plus lentement que celle de n'importe quel autre pays developpé. En 2006, sa croissance de 2% a été la pire en Europe.

Et AFOE de continuer:

Eh bien, en m'excusant de dire l'évident, une seule année ne montre pas une tendance: si nous étudions la période 2002-2006, le taux de croissance français moyen n'était que d'une maigre 1.6%*, mais il est égal à la moyenne européenne et nettement supérieur à ce que des pays comme les Pays-Bas (1,4%), l'Allemagne (0,9%), l'Italie (0,7%) et le Portugal (0,6%) ont réussi pendant la même période. Je passe sur la moyenne sur 10 ans (1997-2006), qui s'avère même plus favorable pour la France.
Le taux de chômage français, selon la BBC de 9,8% pour 2006, n'est, si l'on coit le Bureau de Statistiques de l'UE, pour la France que de 8,8% (8,4% selon le Bureau de Statitiques gouvernemental français, mais ce chiffre est fort contesté).

La BBC continue:

Les finances publiques sont surchargés par le système de financement des pensions et les dépenses sur la santé qui s'augmentent en permanence. Le taux d'imposition est de 50% du produit brut national, un des plus élevés en Europe en 2005.

AFOE:

Soyons sérieux. Pourquoi ne pas avoir contrôlé un petit peu les chiffres? Eurostat évaluait les revenues sur l'impôt françaises en 2005 à 45,8% (pdf). C'est toujours un taux mirabolant et il explique beaucoup de la sous-prestation économique de la France (en effet, il n'y a que peu de discussion parmi les économistes à ce sujet) mais chaque pour cent compte dans ces-régions-là. Le taux français est bien en-dessous de la moyenne européenne de 50%.

La même chose pour les grèves: 34 sur 1000 jours ouvrables perdus à cause de grève en France, comparé à une moyenne de 53 pour toute l'UE. Mes amis d'AFOE sont en général des économistes classiques, traditionnels. Ils plaident sans arrêt pour des réformes dans le sens brittannique, thatchériens ou blairiens. Mais je les aime, car ils sont intellectuellement honnêtes. Ils ne supportent pas ...
... que chaque journaliste du planète se le croit permis à se foutre des statistiques officielles, dès qu'il s'agit de la France, seulement pour renforcer les préjudices du public qui est convaincu que la France ait la pire économie imaginable. Qu'il s'agit de la France, n'est pas une raison à ne pas faire le plus simple de ses devoirs.
Comme j'aimerais voir davantage d'articles comme celui-ci!
Ce n'est pas parce que je sois d'accord avec tous les aspects de la politique économique et sociale française. Les 35 heures, par exemple, sont pour moi l'exemple par-excellence d'une intention ratée dans son élaboration bureaucratique. Mais ils l'ont essayé, les Français, au moins!

Plus de respect, moins de préjugés, une connaissance basique des statitiques économiques, c'est une chose qu'il faut exiger des journalistes sérieux comme ceux de la BBC. Et vice-versa, naturellement, de leurs homologues français.

Malheureusement, cette relation d'incompréhension et de biais entre la France et la Grande-Bretagne n'est pas unique en Europe.

Il ne faut pas se fatiguer à la signaler, chaque fois qu'elle se pointe.

Powered by ScribeFire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts with Thumbnails